Le lycée Bertrand d’Argentré participe au dispositif Lycéens et Apprentis au Cinéma en Bretagne assuré par l’association Clair Obscur. Les classes bénéficient ainsi de projections à l’Aurore Cinéma permettant de connaître différents aspects de la production cinématographique.

2018-2019

1er trimestre

PARTIES DE CAMPAGNE Programme de courts métrages

France, Belgique, 1936 > 2015, 1h29

Des premiers regards aux premiers frissons, la séduction est tout un art.

Surmonter sa timidité ou braver l’interdit, prendre les devants ou laisser jouer le destin, autant de choix qu’il faut faire en se hâtant lentement. À partir du chef-d’œuvre de Jean Renoir, adaptation de Maupassant, ce programme questionne la place de la nature dans le processus de séduction des personnages et de nous autres, spectateurs sensibles. Quatre variations sur le thème du jeu de l’amour et du hasard à la campagne, et autant de manières de poser cette question : comment filmer le désir au cinéma ?



Partie de campagne de Jean Renoir (France, 1936, 40’)
Au premier dimanche d’août de Florence Miailhe (France, 2000, 11’)
Les Amoureuses de Catherine Cosme (France / Belgique, 2015, 27’)
Une Leçon particulière de Raphaël Chevènement (France, 2007, 11’)
***

2e trimestre

MUSTANG de Deniz Gamze Ergüven
Allemagne / France / Qatar / Turquie, 2015, 1h37, vostf
avec Günes Nezihe Sensoy, Ilayda Akdogan, Tugba Sunguroglu, Elit Iscan



C’est le début de l’été. Dans un village au nord de la Turquie, Lale et ses quatre sœurs rentrent de l’école en jouant innocemment avec des garçons. La débauche supposée de leurs jeux suscite un scandale aux conséquences inattendues. La maison familiale se transforme progressivement en prison, les cours de pratiques ménagères remplacent l’école et les mariages commencent à s’arranger. Les cinq sœurs, animées par un même désir de liberté, détournent les limites qui leur sont imposées.

CONTE D’ETE d’Éric Rohmer

France, 1997, 1h53 avec Melvil Poupaud, Amanda Langlet, Aurélia Nolin, Gwénaëlle Simon



À Dinard, pendant les vacances d’été, Gaspard attend Léna. Il rencontre Margot, une étudiante en ethnologie qui travaille comme serveuse dans un restaurant pour se faire un peu d’argent. Dans une soirée où Margot l’entraîne, il fait la connaissance de Solène. Léna arrive enfin à Dinard. Entre les trois, le cœur de Gaspard balance-t-il vraiment ?

***

3e trimestre

CAROL de Todd Haynes

Angleterre / États-Unis, 2015, 1h58, vostf avec Cate Blanchett, Rooney Mara, Kyle Chandler



Dans le New York des années 1950, Therese, jeune employée d’un grand magasin de Manhattan, fait la connaissance d’une cliente distinguée, Carol, femme séduisante, prisonnière d’un mariage peu heureux. À l’étincelle de la première rencontre succède rapidement un sentiment plus profond et les deux femmes se retrouvent bientôt prises au piège entre les conventions et leur attirance mutuelle.

LA FAMILLE TENENBAUM de Wes Anderson

États-Unis, 2001, 1h49, vostf avec Gene Hackman, Anjelica Huston, Ben Stiller, Gwyneth Paltrow



Dans un ironique prologue au pas de charge, sur fond de Hey Jude, une voix off raconte l’enfance des trois rejetons Tenenbaum, tous précocement célèbres : Chas l’aîné, pour son sens des affaires, Margot, la cadette, pour ses dons littéraires, et Richie, le benjamin, pour ses exploits en tennis. Vingt-deux ans plus tard, patatras : trentenaires, les ex-prodiges ne partagent plus qu’une dépression et un même sentiment d’échec…

***

2017-2018

1er trimestre

DETOURNEMENTS Programme de courts métrages France, Allemagne, Belgique, 1958 > 2007, 1h14, vf & vostf

La citation, le recyclage, la réappropriation, le faux ou encore le canular… autant de gestes et de formes artistiques qui font de cette sélection de films courts un observatoire idéal du détournement et de l’essence même du cinéma : Qu’est ce qu’une image ? Quel est son statut ? Quel rapport entretient-elle avec la vérité ?

Le Chant du styrène d’Alain Resnais, France, 1958, 14’

Le Projet centrifugeuse cérébrale de Till Nowak, Allemagne, 2011, 6’, vostf

Le Facteur humain de Thibault Le Texier, France, 2011, 28’

Émilie Muller d’Yvon Marciano, France, 1993, 20’

Gravity de Nicolas Provost, Belgique, 2007, 6’

***

2e trimestre

LA NUIT DU CHASSEUR de Charles Laughton Etats-Unis, 1955, 1h33, vostf Avec Robert Mitchum, Shelley Winters, Lillian Gish

Ohio, 1930. C’est la Crise, la famine sévit. Ben Harper a volé pour nourrir sa famille. Avant d’être arrêté et condamné à mort, il confie à son fils John le secret de la cachette du butin qu’il a eu le temps de dissimuler. En prison, Ben partage sa cellule avec Harry Powell… Plus tard, celui-ci – faux prêcheur, tout de noir vêtu – s’introduit dans la famille Harper, bien décidé à récupérer l’argent.

Mythique, La Nuit du chasseur l’est à plus d’un titre. Unique film en tant que réalisateur de l’acteur Charles Laughton, surtout connu pour ses rôles de personnages troubles, ce coup de maître fut un échec cinglant à sa sortie. Peu de premiers films parviennent pourtant à une telle plénitude esthétique, que l’on trouve seulement dans les oeuvres de la maturité des grands cinéastes. Bien que profondément déroutant dans ses singulières oscillations entre l’effroi et le comique ou entre la poésie du conte enfantin et le réalisme brutal de la Grande Dépression, La Nuit du chasseur est un objet typique de l’Americana qui a acquis le statut d’icône.

***

3e trimestre

STARSHIP TROOPERS de Paul Verhoeven Etats-Unis, 1997, 2h15, vostf Avec Casper Van Dien, Dina Meyer, Denise Richards

Au XXIVe siècle, une fédération fait régner sur la Terre l’ordre et la vertu, exhortant sans relâche la jeunesse à la lutte, au devoir, à l’abnégation et au sacrifice de soi. Mais aux confins de la galaxie, une armée d’arachnides se dresse contre l’espèce humaine. Cinq volontaires à peine sortis du lycée, partent en mission dans l’espace pour combattre les envahisseurs.

LA VIERGE, LES COPTES ET MOI de Namir Abdel Messeeh

Égypte / France / Qatar, 2012, 1h31, vostf, documentaire

Namir part en Egypte, son pays d’origine, faire un film sur les apparitions miraculeuses de la Vierge au sein de la communauté copte chrétienne. Comme dit sa mère : « il y a des gens qui la voient, il y a des gens qui ne la voient pas. Il y a peut-être un message dans tout ça ». Très vite, l’enquête lui sert de prétexte pour revoir sa famille, à la campagne et pour impliquer tout le village dans une rocambolesque mise en scène…

Croire ou ne pas croire. Voir ou ne pas voir. C’est avec une grande liberté de ton et de forme que La Vierge, les Coptes et moi donne vie au débat qui oppose le réalisateur et sa mère autour de la vidéo d’une apparition de la Vierge en Égypte. Révélateur de la différence de culture entre Namir Abdel Messeeh, né en France et athée, et ses parents égyptiens issus de la communauté chrétienne copte, le désaccord devient le point de départ comique d’un film hybride et joueur, (auto)critique et frondeur, qui brouille d’emblée les pistes entre illusion et réalité, fiction et documentaire.

le site de l’association Clair Obscur