Le 14 octobre 1972, le lycée a reçu le nom d’un Vitréen illustre, Bertrand d’Argentré, né en 1519, décédé en 1590, jurisconsulte reconnu comme père du droit international privé.

Sénéchal de Rennes, hostile aux prétentions royales, Bertrand d’Argentré fut le champion du particularisme provincial, de la féodalité et du droit coutumier contre le droit romain, la prérogative royale et la centralisation judiciaire et administrative.

S’enfermant dans la défense d’une société qu’il voulait immuable, il rejoignit la Ligue et son chef en Bretagne, le Duc de Mercoeur.

Ses idées se retrouvent dans de nombreux ouvrages de droit, la plupart écrits en latin et une histoire de la Bretagne qui parut en 1582.

Pierre Gourdel, Buste de Bertrand d'Argentré, 1848 | photographie Jean-Manuel Salingue - Musée des Beaux-arts de Rennes - JPEG - 68.3 ko
Pierre Gourdel, Buste de Bertrand d’Argentré, 1848 | photographie Jean-Manuel Salingue - Musée des Beaux-arts de Rennes

Bertrand d’Argentré naît à Vitré le 19 mai 1519. Son père, Pierre d’Argentré, après avoir suivi de solides études de droit, a exercé la charge de sénéchal à La Roche Bernard en 1513, à Châtillon et à Quintin en 1517. La famille d’Argentré vit à Vitré et fréquente la cour de Guy XVI, comte de Laval. Elle s’installe à Rennes en 1527 quand Pierre d’Argentré y est nommé sénéchal.

Bertrand d’Argentré s’engage dans des études de droit à Orléans puis à Poitiers. A leur issue, il devient sénéchal de Vitré en 1541 et prend la succession de son père à Rennes en 1547 et préside à partir de 1552 le présidial de Rennes, juridiction d’appel qui s’étend de Châteaubriant à Morlaix.

Bénéficiant de la protection des seigneurs de Vitré et des bonnes relations que son père avait su entretenir avec François 1er, Bertrand d’Argentré s’oppose néanmoins à la volonté réformatrice de Henri II qui crée par l’édit de Fontainebleau en 1554 le Parlement de Bretagne. Entre le présidial de Rennes dirigé par Bertrand d’Argentré et cette nouvelle assemblée les conflits deviennent nombreux.

Le défenseur de la coutume contre le droit romain

Bertrand d’Argentré est l’auteur d’une grande oeuvre juridique consacrée essentiellement à l’interprétation du droit coutumier breton. Il réexamine la rédaction officielle de l’Ancienne coutume de Bretagne produite en 1539 par des magistrats français. Il se livre à une critique sans concession de ce texte officiel dans Coutumes générales des pays et duché de Bretagne (1568) puis dans son Advis sur le partage des nobles (1570) et dans ses Commentaires (1576, 1584). En 1580 Bertrand d’Argentré participe à la réformation du texte de l’Ancienne coutume autorisée par Henri III publiée sous le titre de Nouvelle coutume lors de la session des Etats de Bretagne à Ploermel.

L’historien de la Bretagne

Lors de ces Etats, il lui est passée commande d’Une Histoire de la Bretagne.

Rédigé en français afin de toucher un large public, l’ouvrage est achevé à la fin de l’année 1582. Imprimé à Paris, il est saisi sur décision royale en raison des appréciations de son auteur sur les rois et le royaume de France. Une commission royale est chargée d’en retirer les passages litigieux et une édition expurgée paraît en 1588 en parallèle d’une édition clandestine…

Après l’assassinat du duc de Guise à Blois en 1588, il choisit le camp du duc de Mercoeur et de la Ligue et s’oppose une nouvelle fois au pouvoir royal et rêve d’une bretagne indépendante. La sédition échoue.

Manoir de Tizé - JPEG - 158.5 ko
Manoir de Tizé

Retiré au château de Tizé (aujourd’hui Thorigné Fouillard), il y meurt le 13 février 1590. Il est enterré à l’église des cordeliers de Rennes, puis réinhumé à l’église Saint-Germain.

info document - JPEG - 2.6 Mo

Stéphane Bigot

Bibliographie

Séverine Debordes-Lissillour, Les sénéchaussées royales de Bretagne, Presses universitaires de Rennes, 2006.

Jean Kerhervé, « Écriture et récriture de l’histoire dans l’Histoire de Bretaigne de Bertrand d’Argentré. L’exemple du Livre XII » In : Chroniqueurs et historiens de la Bretagne : du Moyen âge au milieu du XXe siècle, Presses universitaires de Rennes, 2001.

Alain Tanguy, « Bertrand d’Argentré, le champion des libertés bretonnes », ArMen, n° 142, 2004.

Un colloque international et interdisciplinaire est organisé aux Archives départementales d’Ille-et-Vilaine à l’occasion des 500 ans de la naissance de Bertrand d’Argentré à Vitré.

Bertrand d’Argentré en son demi millénaire (1519-2019)
Nouveaux regards sur un juriste historien de la Renaissance


Du jeudi 26 septembre 2019 au samedi 28 septembre 2019
Pour en savoir plus